Voici Comment Propager des Orchidées Sans les Acheter, Grâce à ces 3 Techniques

Pour une raison quelconque, les amateurs de plantes d’intérieur ont souvent tendance à oublier les orchidées lorsqu’il s’agit de les multiplier. Elles sont considérées comme des plantes difficiles à maintenir en vie, qu’il vaut mieux laisser de côté – mais ce n’est pas nécessaire ! Apprenez comment propager une orchidée pour multiplier facilement des plantes florissantes.

Continuez à lire pour savoir tout ce que vous devez savoir sur la façon de propager une orchidée de 3 façons différentes.

Comment propager une orchidée à partir de Keikis ?

Keiki” est un mot hawaïen qui signifie “bébé” ou “enfant”. Dans le cas de la culture des orchidées, c’est assez précis, puisqu’il s’agit de petites copies d’elle-même qu’une plante mère d’orchidée peut faire pousser sur ses tiges ou à sa base.

Comme vous pouvez l’imaginer, vous avez de la chance si votre orchidée fait pousser un keiki. Votre plante fait en fait la moitié du travail de propagation par elle-même ! C’est particulièrement pratique avec le Phalaenopsis monopode, qui est un peu difficile à propager par bouturage mais qui produit couramment des keikis. Un autre producteur commun de keikis est le Dendrobium.

Que faire si votre orchidée a produit un keiki sur sa tige ou sa base ?
  • Laissez le keiki tranquille pendant un certain temps, au moins jusqu’à ce qu’il ait poussé quelques feuilles et un système de racines aériennes sain.
  • Une fois qu’il est prêt, séparez le keiki de la plante mère à l’aide de ciseaux propres ou d’un couteau.
  • Mettez en pot votre bébé orchidée dans le même type de récipient et de terre que celui utilisé pour la plante mère. Vous pouvez également planter le bébé à côté de la plante originale dans le même pot.
  • Comme le keiki a déjà un système de racines, il devrait continuer à pousser sans problème.

Comment cultiver une orchidée à partir d’une bouture ?

Comme nous l’avons mentionné plus haut, une orchidée comme le Phalaenopsis ne peut pas être multipliée à l’aide d’une coupe de tige de fleur. Cela ne signifie pas pour autant que les boutures de tiges sont à proscrire !

  • Boutures de tiges d’orchidées monopodiales

Vous pouvez multiplier un Phalaenopsis ou une autre orchidée monopodiale (à tige unique) comme une Vanda en coupant la tige. Il ne s’agit pas ici d’une tige de fleur, mais d’une orchidée mature dont les feuilles sont si nombreuses qu’une tige de bonne taille s’est formée.

Vous pouvez prendre un couteau propre ou des ciseaux pour couper votre orchidée en deux, ce qui s’appelle étêter la plante. La partie inférieure, qui a des racines, peut être laissée dans le récipient actuel et continuera à pousser avec les soins appropriés.

Publicité

La partie supérieure sans racines peut être plantée dans de la mousse de sphaigne humide. Avec un peu de chance, elle jettera des racines et continuera à pousser comme d’habitude.

  • Boutures de tiges d’orchidées sympodiales

Les orchidées sympodiales sont celles qui ne poussent pas à partir d’une seule tige, mais forment plusieurs tiges ou bulbes. La plupart de ces tiges ne peuvent pas être utilisées pour la propagation au moyen de boutures.

Une exception à cette règle est le populaire Dendrobium nobile. Vous pouvez couper les tiges de cette espèce et les placer dans un bac à semis couvert avec de la sphaigne humide. Tant que chaque bouture contient quelques nœuds, certaines d’entre elles donneront naissance à de tout nouveaux Dendrobiums.

  • Boutures de tiges d’orchidées lianes

Bien qu’elles soient moins populaires, il existe des espèces d’orchidées grimpantes. Par exemple, la Vanilla planifolia, également connue sous le nom d’orchidée vanille. Oui, c’est bien l’espèce qui produit des gousses de vanille ! Ce n’est pas l’orchidée la plus facile à maintenir en vie, mais c’est un ajout très intéressant à votre collection.

Comme vous pouvez l’imaginer, la multiplication d’une orchidée liane est un jeu d’enfant. Pas besoin d’étêter ou de couper les tiges : il suffit de couper la vigne où vous voulez et les boutures s’enracineront. Cela fonctionne également avec les orchidées Ludisia !

Comment propager une orchidée à partir de bulbes arrière ?

Si vous connaissez les orchidées sympodiales, vous savez peut-être ce qu’est un bulbe arrière. Pour ceux qui ne le savent pas : certaines orchidées, comme les Cymbidiums, ont des pseudobulbes sur leurs tiges. Ceux-ci sont utilisés pour stocker les nutriments ou l’eau. Les pseudobulbes qui sont devenus inactifs en termes de croissance mais qui fournissent encore des nutriments sont appelés bulbes postérieurs.

À moins qu’ils ne soient vraiment ratatinés et tristes, les bulbes arrière peuvent être ramenés à la vie et utilisés pour propager une orchidée. Ils ont encore des yeux sur leurs tiges qui ont le potentiel de produire une nouvelle croissance ; ils ne les utilisent simplement pas à moins d’être mis en pot séparément et laissés à eux-mêmes.

La propagation du bulbe arrière est assez facile. Il suffit de séparer le bulbe arrière du rhizome et de le mettre en pot dans de la sphaigne humide. Une fois qu’il semble bien s’enraciner, vous pouvez le placer dans un milieu normal pour orchidées.

N’oubliez pas que les bulbes arrière ne sont pas les parties de vos orchidées qui poussent le plus vite. Il faut parfois un certain temps pour qu’un bulbe sorte de sa dormance et atteigne l’âge de la floraison, mais ça marche !

Conseil :

Essayez de ne pas diviser votre orchidée pendant qu’elle fleurit. Il y a de fortes chances qu’elle perde ses fleurs si vous la dérangez trop pendant cette période.